PDF ARRÊT DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE DU 6 JUIN 2010 -6435 Arrêt n° 61/2017 du 18 mai 2017 ARRET - ADDE







Chose PDF link
PDF :1 PDF :2 PDF :3 PDF :4 PDF :5 PDF :6



source http://www.sfdi.org/wp-content/uploads/2017/07/Cour-constitutionnelle-italienne.pdf

PDF Untitled SFDI sfdi wp content Cour constitutionnelle italienne pdf PDF Arret Cour Constitutionnelle 2018 077 Blog ATD Quart Mondeblogs atd quartmonde humanrights Arret CC 2018 077f pdf PDF La cour constitutionnelle annule certaines dispositions









Télécharger Accord mondial d Entreprise Socialement Responsable entre Rhodia et l ICEM

Accord mondial d Entreprise Socialement Responsable entre Rhodia et l ICEM

Des entreprises socialement responsables - ldh-franceorg

Accord mondial d Entreprise Socialement Responsable entre Rhodia et l ICEM ACCORD SUR LA RESPONSABILITE SOCIALE DU GROUPE RHODIA, Entre : Le Groupe Rhodia, représenté par son Directeur Général, Monsieur

CODE DE CONDUITE MONDIAL ET DE L’ENTREPRISE

stabiloy NR rdonlyres D8C02F38 C3C5 4EA5 8536 3 en tant qu’entreprise socialement responsable et, mondial des employés et de l’entrepriseest un ou un accord tacite avec les concurrents d’Alcan et
PDF

ENTREPRISE LaRSE:enjeu majeur pour l'entreprise

winston images content 8 4 v3 84610 La sesont multipliés en faveur d'une entreprise socialement responsable acteur véritable du qui a récemmentconclu un accord mondial d'une évolution du rôle
PDF

ISR, travail décent et fonds de pension - iloorg

ilo wcmsp5 groups public ed protect soc IBGC Institut brésilien pour la gouvernance d’entreprise (Instituto Brasileiro de Governança Corporativa) ICGN Réseau international de la gouvernance d’entreprise (International Corporate Governance Network) ISR Investissement socialement responsable NGPF G Fonds de pension mondial du gouvernement norvégien ( Norwegian
PDF

Code de déontologie et Principes de conduite - cignacom

cigna assets docs corporate governance Intégrité en tant qu’entreprise citoyenne socialement responsable 17 Participer au processus politique avec prudence 17 Faire des dons en accord avec les activités de bienfaisance de la société 17 Intégrité sur le lieu de travail 18 Promouvoir l'égalité des chances en matière d’emploi 18 Prévenir le harcèlement 18
PDF

COMMUNIQUE DE PRESSE - societegeneralecom

societegenerale sites default files cp Cet accord, conclu pour une durée de 3 ans, s’applique à l’ensemble des entités du groupe Société Générale et s’inscrit dans la politique d’entreprise socialement responsable du Groupe Il confirme les engagements de la banque concernant le respect des droits humains
PDF

ENGAGEMENTS, ENJEUX ET AMBITION 1 RESPONSABILITE SOCIALE ET

societegenerale rapport rse files SG RSE L’investissement socialement responsable (ISR) être une entreprise responsable est au Signature d’un accord mondial sur les droits f
PDF

31 nouveaux signataires de la Charte de la Parentalité et

accenture t20150527T211057 w France et au niveau mondial Attirer et retenir les meilleurs talents, sa démarche d’entreprise socialement responsable" L’accord d’entreprise sur l
PDF

L’INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE

d3pa6e3bj2gnh2 cloudfront wp content uploads INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE Suggestion d’axes de progrès à l’entreprise et suivi Il ne peut être remis à des tiers qu’avec l’accord
PDF

Des entreprises socialement responsables - ldh-franceorg


PDF

Télécharger 3COMMENT ORGANISER LA SÉANCE 3INTERGÉNÉRATIONNELLE EN CLASSE

3COMMENT ORGANISER LA SÉANCE 3INTERGÉNÉRATIONNELLE EN CLASSE

3 On peut récréer des liens intergénérationnels réels en construisant des activités où les enfants et les personnes âgées dans un même espace vont apprendre et échanger des expériences. Une heure de visite

Télécharger Réunion d information. Réforme des rythmes éducatifs : vers la mise en place de Projets Éducatifs de Territoire. DDCSPP du Cantal

Réunion d information. Réforme des rythmes éducatifs : vers la mise en place de Projets Éducatifs de Territoire. DDCSPP du Cantal

Réunion Orientation Post 3ème - Institution Notre-Dame de Poissy

Réunion d information Réforme des rythmes éducatifs : vers la mise en place de Projets Éducatifs de Territoire DDCSPP du Cantal Les grands principes de la réforme Ce que permet la loi : une meilleure articulation

Réunion d'information parents de Seconde - Réforme du lycée

RÉUNION D'INFORMATION PARENTS DE SECONDE MARDI 8 ET JEUDI 10 JANVIER 2019 RÉFORME DU LYCÉE GÉNÉRAL Choix des spécialités 
PDF

les tpe/pme au cœur de la réforme - OPCA DEFi

17 oct 2018 professionnel, la réforme de la formation entre dans sa phase active Malgré 30 réunions d'information déjà programmées sur l'ensemble du 
PDF

mise en œuvre de la réforme de la formation - FO Territoriaux

14 févr 2019 réunion d'information sur la mise en œuvre de la réforme de la formation professionnelle et de l'apprentissage A cette occasion, ont été 
PDF

Réforme de la formation - Région Auvergne-Rhône-Alpes

Lettre d'information d'AGEFOS PME Rhône Alpes n°52 1er semestre 2015 PAN R réunions d'information sur la réforme déjà organisées par AGEFOS 
PDF

La réforme de la formation professionnelle - Région Guadeloupe

9 juil 1970 Il sera intéressant d'étudier l'impact de la réforme dans quelques Un accord d' entreprise ou, à défaut, un décret, déterminera le calendrier des deux réunions du d'information et des modalités d'inscription en formation
PDF

LES RÉUNIONS D'INFORMATION DU FONGECIF MIDI-PYRÉNÉEES

d'informer sur les dispositifs OPCA OPACIF Congé Individuel de Formation (CIF ), Compte tenu du contexte de la réforme de la formation professionnelle, 
PDF

CP_Forco Réforme Tour_2018

avenir professionnel du 5 septembre 2018, le Forco lance un cycle de réunions d 'information régionales à destination de ses entreprises adhérentes Pour sa 
PDF

Réforme de la formation professionnelle - Région Ile-de-France

12 juil 2014 Vous êtes nombreux à avoir assisté, courant juin, aux réunions d'information sur la réforme de la formation professionnelle proposées par 
PDF

Réunion Orientation Post 3ème - Institution Notre-Dame de Poissy

24 nov 2018 RÉUNION CIO (Centre d'Information et d'Orientation) Réforme du lycée général, technologique et professionnel (rentrée 2019) ➢ Prise en 
PDF

Télécharger Règlement du concours d affiches et slogans de Sécurité Routière inter-universitaire et grandes écoles

Règlement du concours d affiches et slogans de Sécurité Routière inter-universitaire et grandes écoles

Règlement du concours d'affiches pour le Salon du Livre d

DIRECTION DE L ORDRE PUBLIC ET DE LA CIRCULATION Règlement du concours d affiches et slogans de Sécurité Routière inter-universitaire et grandes écoles Article 1 : OBJET Le présent règlement concerne un

CONCOURS D'AFFICHE Changez d'air ! RÈGLEMENT 2017/2018

[PDF] CONCOURS D'AFFICHE Changez d'air ! RÈGLEMENT 2017 2018cache media education gouv Changez d air Reglement Limoges 829153 pdf
PDF

Concours d'affiches 2019 - clae

[PDF] Concours d'affiches 2019 clae clae lu wp content 09 reglement concours2019 pdf
PDF

Réglement concours affiches - Centre Culturel Aveyron Ségala Viaur

[PDF] Réglement concours affiches Centre Culturel Aveyron Ségala Viaur centreculturelaveyron Reglement concours affiches pdf
PDF

Règlement du concours affiche 2018 - Airexpo

[PDF] Règlement du concours affiche 2018 Airexpo airexpo wp 12 Règlement du concours affiche 2018 1 pdf
PDF

concours de creation d'affiches - Habitat Audois

[PDF] concours de creation d'affiches Habitat Audois habitat audois reglement pdf
PDF

Règlement du concours d'affiche du Festival du jeu de Saint-André

[PDF] Règlement du concours d'affiche du Festival du jeu de Saint André espacegerardphilipe reglement concours affiche fdj 2019 pdf
PDF

REGLEMENT DU CONCOURS DE CREATION D'AFFICHE Fête de

[PDF] REGLEMENT DU CONCOURS DE CREATION D'AFFICHE Fête de enfantdanslaville wp Règlement du concours EdV pdf
PDF

Règlement du concours d'affiche - Ville de Dinard

[PDF] Règlement du concours d'affiche Ville de Dinard ville dinard 2018 Reglement concours affiche Salon des artistes pdf
PDF

Règlement du concours d'affiches - Office de tourisme – Mallemort

[PDF] Règlement du concours d'affiches Office de tourisme – Mallemort tourisme mallemortdeprovence Règlement du concours Gde FETE 2018 pdf
PDF

Règlement du concours d'affiches pour le Salon du Livre d

Article 1 Le concours d'affiches Le concours fut initié en 2001 par Élisa Fuksa Anselme avec l'Université d'Arts Plastiques, Panthéon Sorbonne,
PDF

CONCOURS D'AFFICHE Changez d'air ! RÈGLEMENT 2017/2018

[PDF] CONCOURS D'AFFICHE Changez d'air ! RÈGLEMENT 2017 2018cache media education gouv Changez d air Reglement Limoges 829153 pdf
PDF

Concours d'affiches 2019 - clae

[PDF] Concours d'affiches 2019 clae clae lu wp content 09 reglement concours2019 pdf
PDF

Réglement concours affiches - Centre Culturel Aveyron Ségala Viaur

[PDF] Réglement concours affiches Centre Culturel Aveyron Ségala Viaur centreculturelaveyron Reglement concours affiches pdf
PDF

Règlement du concours affiche 2018 - Airexpo

[PDF] Règlement du concours affiche 2018 Airexpo airexpo wp 12 Règlement du concours affiche 2018 1 pdf
PDF

concours de creation d'affiches - Habitat Audois

[PDF] concours de creation d'affiches Habitat Audois habitat audois reglement pdf
PDF

Règlement du concours d'affiche du Festival du jeu de Saint-André

[PDF] Règlement du concours d'affiche du Festival du jeu de Saint André espacegerardphilipe reglement concours affiche fdj 2019 pdf
PDF

REGLEMENT DU CONCOURS DE CREATION D'AFFICHE Fête de

[PDF] REGLEMENT DU CONCOURS DE CREATION D'AFFICHE Fête de enfantdanslaville wp Règlement du concours EdV pdf
PDF

Règlement du concours d'affiche - Ville de Dinard

[PDF] Règlement du concours d'affiche Ville de Dinard ville dinard 2018 Reglement concours affiche Salon des artistes pdf
PDF

Règlement du concours d'affiches - Office de tourisme – Mallemort

[PDF] Règlement du concours d'affiches Office de tourisme – Mallemort tourisme mallemortdeprovence Règlement du concours Gde FETE 2018 pdf
PDF

Règlement du concours d'affiches pour le Salon du Livre d

Article 1 Le concours d'affiches Le concours fut initié en 2001 par Élisa Fuksa Anselme avec l'Université d'Arts Plastiques, Panthéon Sorbonne,
PDF

ARRÊT DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE DU 6 JUIN 2010 Numéro de rôle : 5009 Arrêt n 55/2011 du 6 avril 2011 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant les articles 2

de la loi du 6 avril 2010 relative aux pratiques du marché et à la protection du consommateur

posée par le président du Tribunal de commerce d'Anvers

La Cour constitutionnelle

  • composée des présidents M

Bossuyt et R

Henneuse

  • et des juges E

De Groot

Lavrysen

Moerman

Derycke

Spreutels

Merckx-Van Goey et F

  • assistée du greffier P

Dutilleux

présidée par le président M

Bossuyt

  • après en avoir délibéré

rend l'arrêt suivant : * * * 1

Objet de la question préjudicielle et procédure Par jugement du 15 juillet 2010 en cause de Lieve Rombouts contre Liesbeth De Cock

dont l'expédition est parvenue au greffe de la Cour le 19 juillet 2010

le président du Tribunal de commerce d'Anvers

  • siégeant comme en référé

a posé la question préjudicielle suivante : «Les articles 2

de la loi du 6 avril 2010 relative aux pratiques du marché et à la protection du consommateur (LPMPC)

combinés ou non avec l'article 2

de la loi du 2 août 2002 relative à la publicité trompeuse et à la publicité comparative

aux clauses abusives et aux contrats à distance en ce qui concerne les professions libérales et avec les articles 2

  • points a)
  • b) et d)
  • paragraphe 1

de la directive 2005/29/CE du Parlement européen et du Conseil relative aux pratiques commerciales déloyales des entreprises vis-à-vis des consommateurs dans le marché intérieur et modifiant la directive 84/450/CEE du Conseil et les directives 97/7/CE

  • 98/27/CE et 2002/65/CE du Parlement européen et du Conseil et le règlement (CE) n 2006/2004 du Parlement européen et du Conseil

violent-ils les articles 10 et 11 de la Constitution

  • - en ce qu ils excluent les titulaires d'une profession libérale de l'application de la LPMPC

de sorte que leurs pratiques du marché ne peuvent pas être contrôlées au regard des dispositions de cette loi et qu une action en cessation de pratiques de marché déloyales doit être portée devant le président du tribunal de première instance

alors que le comportement sur le marché de toutes les autres personnes physiques ou morales qui poursuivent un but économique de manière durable est effectivement contrôlé au regard des normes fixées par la LPMPC

et que les actions en cessation sont portées

  • dans leur cas

devant le président du tribunal de commerce?

  • - en ce qu ils excluent les dentistes et les kinésithérapeutes de l'application de la LPMPC

de sorte que leurs pratiques du marché ne peuvent pas être contrôlées au regard des dispositions de cette loi et qu une action en cessation de pratiques du marché déloyales doit être portée devant le président du tribunal de première instance

alors que le comportement sur le marché de toutes les autres entreprises qui ne sont ni des commerçants au sens de l'article 1er du Code de commerce

ni soumises à un organe disciplinaire créé par la loi est contrôlé au regard des normes fixées par la LPMPC

et que les actions en cessation sont portées

  • dans leur cas

devant le président du tribunal de commerce?»

Le Conseil des ministres a introduit un mémoire

A l'audience publique du 1er mars 2011 :

  • - a comparu Me M

Gouverneur loco Me E

  • avocats au barreau de Mons

pour le Conseil des ministres;

  • - les juges-rapporteurs L

Lavrysen et J

Moerman ont fait rapport;

  • - l'avocat précité a été entendu;
  • - l'affaire a été mise en délibéré

Les dispositions de la loi spéciale du 6 janvier 1989 sur la Cour constitutionnelle relatives à la procédure et à l'emploi des langues ont été appliquées

Les faits et la procédure antérieure La logopède Liesbeth De Cock a quitté l'association de kinésithérapeutes

psychologues et logopèdes où elle travaillait et a ensuite

  • le 30 mai 2010

envoyé un courriel aux parents des patients de ce cabinet

les informant qu elle s'établissait ailleurs et qu il leur était loisible de la suivre à sa nouvelle adresse

La gérante de ce cabinet de groupe

la kinésithérapeute Lieve Rombouts

a cité Liesbeth De Cock à comparaître devant le président du Tribunal de commerce d'Anvers

  • siégeant comme en référé

afin d'entendre dire qu elle s'était rendue coupable de pratiques de marché déloyales au sens de l'article 95 de la loi du 6 avril 2010 relative aux pratiques du marché et à la protection du consommateur (ci-après : LPMPC)

Lieve Rombouts a également requis l'interdiction d'exercer pendant six mois

  • dans les communes voisines

la profession pour laquelle Liesbeth De Cock avait débauché les patients

l'interdiction de prospecter les patients du cabinet et la restitution des informations concernant les patients

et ce sous peine d'une astreinte de euros

Le juge a quo observe que les professions de kinésithérapeute et de logopède sont traditionnellement comptées parmi les professions libérales et que l'article 3

de la LPMPC dispose que cette loi ne s'applique pas aux titulaires d'une profession libérale

aux dentistes et aux kinésithérapeutes

Par suite de cette disposition

il devrait se déclarer incompétent au profit du président du tribunal de première instance

Par ailleurs

la charge de la preuve pesant sur la partie demanderesse serait plus lourde

dès lors que la législation applicable aux titulaires d'une profession libérale

la loi du 2 août 2002 relative à la publicité trompeuse et à la publicité comparative

aux clauses abusives et aux contrats à distance en ce qui concerne les professions libérales

ne contient pas d'interdiction générale de se livrer à des pratiques de marché déloyales

Selon le juge a quo

étant donné que les logopèdes

n étant pas soumis à un organe disciplinaire créé par la loi

ne relèvent pas de la définition de «profession libérale» contenue dans la LPMPC

cette dernière leur est applicable

mais ne l'est pas aux kinésithérapeutes

Etant donné que

  • néanmoins

ces deux groupes professionnels poursuivent durablement un but économique

  • tout comme les commerçants

et eu égard à l'interprétation que la Cour de justice donne à la notion d'«entreprise»

le juge a quo pose la question préjudicielle reproduite plus haut

En droit

Le Conseil des ministres observe que la question préjudicielle contient en fait deux sous-questions

La première sousquestion porte sur l'exclusion des titulaires d'une profession libérale

des dentistes et des kinésithérapeutes du champ d'application de la loi du 6 avril 2010 relative aux pratiques du marché et à la protection du consommateur (ci-après : LPMPC)

La deuxième sous-question porte sur la compétence du président du tribunal de commerce

  • siégeant comme en référé

pour l'action en cessation de pratiques de marché déloyales

Pour chacune des deux sous-questions

le juge a quo fait une double comparaison

Il compare

  • d'une part

les titulaires d'une profession libérale

les dentistes et les kinésithérapeutes aux autres personnes physiques ou morales qui poursuivent durablement un but économique et

  • d'autre part

les dentistes et les kinésithérapeutes aux autres entreprises qui ne sont pas commerçantes au sens de l'article 1er du Code de commerce et ne sont pas soumises à un organe disciplinaire créé par la loi

En ce qui concerne la première sous-question

le Conseil des ministres relève qu il n y a pas de traitement inégal

étant donné que le juge compétent en vertu des articles 18 à 24 de la loi du 2 août 2002 relative à la publicité trompeuse et à la publicité comparative

aux clauses abusives et aux contrats à distance en ce qui concerne les professions libérales (ci-après : LPL)

le président du tribunal de première instance

doit interpréter les dispositions de la LPL en conformité avec le droit européen

malgré l'absence de transposition en droit national

les particuliers pourraient puiser des droits dans la directive 2005/29/CE du Parlement européen et du Conseil du 11 mai 2005 «relative aux pratiques commerciales déloyales des entreprises vis-à-vis des consommateurs dans le marché intérieur et modifiant la directive 84/450/CEE du Conseil et les directives 97/7/CE

  • 98/27/CE et 2002/65/CE du Parlement européen et du Conseil et le règlement (CE) n 2006/2004 du Parlement européen et du Conseil» (ci-après : directive sur les pratiques commerciales déloyales)

dans tous les cas où les dispositions de la directive sont inconditionnelles et suffisamment précises

Selon le Conseil des ministres

le président du tribunal de première instance est tenu de donner à la LPL lacunaire une interprétation conforme à la directive

En ce qui concerne la deuxième sous-question

le Conseil des ministres fait valoir qu elle porte uniquement sur le choix de la procédure

Il serait permis au législateur d'attribuer à deux juridictions distinctes la compétence matérielle concernant deux groupes professionnels distincts s'il estime que cette répartition de compétence est justifiée à la lumière des spécificités d'un groupe professionnel par rapport à l'autre

Selon le Conseil des ministres

la compétence du président du tribunal de commerce en matière d'actions en cessation est une compétence exclusive

alors que le président du tribunal de première instance est le juge habituel des référés

Toute autre interprétation porterait atteinte aux choix établis par le Code judiciaire

De même

ni la directive sur les pratiques commerciales déloyales

ni aucune autre disposition ou un quelconque autre principe de droit européen n interdiraient que le contrôle de leur observation soit attribué à deux juges distincts

Le danger d'interprétations distinctes de l'action en cessation ne constituerait pas un argument

étant donné que ce danger existe également chez deux présidents de tribunal de commerce différents

Le Conseil des ministres renvoie ensuite

pour la deuxième sous-question

à la jurisprudence constante de la Cour selon laquelle l'application de procédures distinctes devant des juridictions distinctes n est pas discriminatoire en soi si la différence de traitement qui découle de l'application de ces procédures ne s'accompagne pas d'une limitation disproportionnée des droits des parties en cause

En l'espèce

le président du tribunal de première instance ne disposerait pas de moins de possibilités que le président du tribunal de commerce

de sorte qu il ne saurait être question d'une limitation disproportionnée des droits des parties en cause

En ce qui concerne le critère de distinction

le Conseil des ministres souligne que le titulaire d'une profession libérale accomplit par définition des actes civils

alors que le tribunal de commerce est uniquement compétent pour les actes de commerce

Par ailleurs

dans sa définition de la notion de «titulaire d'une profession libérale»

  • l'article 2

de la LPMPC ferait référence au fait que le titulaire d'une profession libérale n est pas commerçant au sens de l'article 1er du Code de commerce

Pour ce qui concerne la justification raisonnable

le Conseil des ministres fait valoir que le titulaire d'une profession libérale occupe une position particulière dans la société

en ce qu il veille à l'ordre public et à la sécurité publique

et a donc une certaine responsabilité sociale

Tel serait en particulier le cas pour les médecins

notaires et huissiers de justice

En outre

les titulaires d'une profession libérale se distingueraient d'autres entreprises par leur indépendance

leur déontologie et leur relation de confiance avec le client fondée sur la discrétion

La loi du 6 avril 2010 relative aux pratiques du marché et à la protection du consommateur (ci-après : LPMPC)

tout comme la directive 2005/29/CE du Parlement européen et du Conseil du 11 mai 2005 «relative aux pratiques commerciales déloyales des entreprises vis-à-vis des consommateurs dans le marché intérieur et modifiant la directive 84/450/CEE du Conseil et les directives 97/7/CE

  • 98/27/CE et 2002/65/CE du Parlement européen et du Conseil et le règlement (CE) n 2006/2004 du Parlement européen et du Conseil» (ci-après : la directive sur les pratiques commerciales déloyales) sur laquelle la loi est en grande partie fondée

s'applique aux «entreprises»

La notion d'«entreprise»

au sens du droit de l'Union européenne

comprend également les titulaires d'une profession libérale (CJCE

  • 12 septembre 2000

C-180/98-C-184/98

Pavlov e

  • point 77; CJCE
  • 19 février 2002

C-309/99

Wouters e

  • points 45-49)

Contrairement à la directive précitée

  • l'article 3

de la LPMPC exclut toutefois de son champ d'application les titulaires d'une profession libérale

ainsi que les dentistes et les kinésithérapeutes

Le «titulaire d'une profession libérale» est défini à l'article 2

de la LPMPC comme étant «toute entreprise qui n est pas commerçante au sens de l'article 1er du Code de commerce et qui est soumise à un organe disciplinaire créé par la loi»

Les titulaires d'une profession libérale sont en revanche soumis aux dispositions de la loi du 2 août 2002 relative à la publicité trompeuse et à la publicité comparative

aux clauses abusives et aux contrats à distance en ce qui concerne les professions libérales (ci-après : LPL)

pour autant qu ils relèvent de la définition

  • différente

de la «profession libérale» figurant à l'article 2

  • de cette loi

soit «toute activité professionnelle indépendante de prestation de services ou de fourniture de biens

qui ne constitue pas un acte de commerce ou une activité artisanale visée par la loi du 18 mars 1965 sur le registre de l'artisanat et qui n'est pas visée par la loi du 14 juillet 1991 sur les pratiques du commerce et sur l'information et la protection du consommateur

à l'exclusion des activités agricoles et d'élevage»

La LPL n a toutefois pas encore été adaptée à la directive sur les pratiques commerciales déloyales

Elle contient seulement une réglementation relative à la publicité trompeuse

aux clauses abusives et aux contrats à distance

mais ne contient pas d'interdiction générale de se livrer à des pratiques commerciales déloyales

  • bien que l'article 5
  • paragraphe 1

de la directive sur les pratiques commerciales déloyales

qui aurait dû être transposée avant le 12 juin 2007

prescrive une telle interdiction

La question préjudicielle porte

  • d'une part

sur l'exclusion des titulaires d'une profession libérale

des dentistes et kinésithérapeutes du champ d'application de la LPMPC et

  • d'autre part

sur l'incompétence du président du tribunal de commerce qui en découle quant à l'action en cessation pour cause de pratiques de marché déloyales

Contrairement à ce que fait valoir le Conseil des ministres

les deux sous-questions doivent être examinées ensemble

étant donné que l'incompétence du président du tribunal de commerce a également des conséquences de fond

En effet

en vertu de l'article 18 de la LPL

le président du tribunal de première instance peut ordonner seulement la cessation des actes qui constituent une infraction aux dispositions de cette loi et ne peut dès lors faire application d'une interdiction générale de se livrer à des pratiques de marché déloyales

Contrairement à ce que soutient le Conseil des ministres

la non-transposition de la directive sur les pratiques commerciales déloyales ne peut être comblée par le juge

En effet

dans une directive qui n a pas été transposée

les particuliers ne peuvent puiser des droits qu à l'égard des pouvoirs publics

mais non à l'égard d'autres particuliers (CJCE

  • 14 juillet 1994

C-91/92

Faccini Dori

  • point 24)

Le juge ne peut pas davantage donner au chapitre V de la LPL une interprétation conforme à la directive

étant donné que les dispositions de ce chapitre ne sont susceptibles que d'une interprétation contraire à cette directive

Selon la jurisprudence constante de la Cour de justice de l'Union européenne

une entreprise est «toute entité exerçant une activité économique

indépendamment du statut juridique de cette entité et de son mode de financement» (CJCE

  • 23 avril 1991

C-41/90

Höfner et Elser

  • point 21; CJCE
  • 16 novembre 1995

C-244/94

Fédération française des sociétés d'assurances e

  • point 14; CJCE
  • 19 février 2002

C-309/99

Wouters e

  • point 46)

Selon la Cour de justice

une «activité économique» est «toute activité consistant à offrir des biens ou des services sur un marché donné» (CJCE

  • 16 juin 1987

Commission c

  • point 7; CJCE
  • 18 juin 1998

C-35/96

Commission c

  • point 36; CJCE
  • 19 février 2002

C-309/99

Wouters e

  • point 47)

L'article 2

de la LPMPC définit l'«entreprise» comme étant «toute personne physique ou personne morale poursuivant de manière durable un but économique

  • y compris ses associations»

Il ressort des travaux préparatoires que cette notion doit être interprétée dans le même sens que la notion d'«entreprise» en droit national et européen de la concurrence

sauf en ce qui concerne les titulaires d'une profession libérale

les dentistes et les kinésithérapeutes (Doc

Chambre

DOC /001

L'article 2

de la LPMPC définit la notion de «service» comme étant «toute prestation effectuée par une entreprise dans le cadre de son activité professionnelle ou en exécution de son objet statutaire»

Concernant la protection du consommateur

les titulaires d'une profession libérale et les autres entreprises se trouvent dans des situations suffisamment comparables

étant donné que ces deux catégories cherchent en premier lieu à subvenir professionnellement à leur subsistance

Elles poursuivent leur objectif économique seules ou au sein d'une association sous la forme juridique d'une société

Elles supportent les risques financiers liés à l'exercice de ces activités parce qu elles doivent

en cas de différence entre les dépenses et les recettes

supporter elles-mêmes le déficit

Même si les titulaires d'une profession libérale se limitent généralement ou doivent

en vertu de leur code de déontologie

se limiter à fournir des services intellectuels

il apparaît également qu ils accomplissent des actes qui doivent être considérés comme des actes de commerce

Inversement

l'activité économique durable de plusieurs entreprises qui ne sont pas des titulaires d'une profession libérale consiste à proposer des services intellectuels

Il convient dès lors

tant à l'égard des titulaires d'une profession libérale qu à l'égard des autres entreprises

d'encadrer pareillement leur comportement sur les marchés économiques

d'assurer le bon fonctionnement du jeu de la concurrence et de protéger les intérêts des concurrents et des clients de biens et services

La différence de traitement entre certaines catégories de personnes qui résulte de l'application de procédures différentes devant des juridictions différentes n est pas discriminatoire en soi

Il ne pourrait y avoir de discrimination que si la différence de traitement résultant de l'application de ces procédures allait de pair avec une limitation disproportionnée des droits des parties concernées

L'action en cessation fondée sur les articles 18 à 24 de la LPL ne peut être introduite de manière recevable que si elle porte sur les dispositions de cette loi

Elle ne peut dès lors porter que sur la publicité mensongère

les clauses abusives ou les contrats à distance

mais non sur les autres pratiques de marché interdites au sens de la LPMPC

ni sur une interdiction générale de se livrer à des pratiques de marché déloyales

Le consommateur et le concurrent ne disposent dès lors pas d'une action en cessation si de telles pratiques sont commises par une entreprise qui ne relève pas du champ d'application de la LPMPC mais du champ d'application de la LPL

Les travaux préparatoires n indiquent pas pourquoi la notion de «titulaire d'une profession libérale» est limitée aux professions libérales qui sont soumises à un organe disciplinaire créé par la loi

cette restriction a pour effet que certains titulaires de professions qui sont traditionnellement considérées comme des professions libérales sont néanmoins soumis aux dispositions de la LPMPC et peuvent par conséquent être l'objet d'une action en cessation devant le président du tribunal de commerce

sur la base de l'interdiction générale de se livrer à des pratiques de marché déloyales

par cela seul qu il n existe pas d'organe disciplinaire créé par la loi pour leur catégorie professionnelle

Par ailleurs

deux types de titulaires d'une profession libérale pour lesquels il n existe pas d'organe disciplinaire créé par la loi

à savoir les dentistes et les kinésithérapeutes

sont exclus du champ d'application de la LPMPC

Au cours des travaux préparatoires

ce choix a été justifié comme suit : «Le projet de loi ne s'applique pas davantage aux dentistes et aux kinésithérapeutes

Si ces catégories professionnelles ne sont pas soumises à un organe disciplinaire créé par la loi

elles sont traditionnellement 6

classées parmi les professions libérales» (Doc

Chambre

DOC /001

Cette motivation ne peut toutefois expliquer pourquoi la LPMPC s'applique par contre aux autres professions qui sont traditionnellement considérées comme des professions libérales et qui ne sont pas soumises à un organe disciplinaire créé par la loi

Selon le Conseil des ministres

la distinction entre les titulaires d'une profession libérale et les autres entreprises est justifiée en ce que les titulaires d'une profession libérale ont une certaine responsabilité sociale

disposent d'une déontologie propre et se caractérisent par un haut degré d'indépendance et par une relation de confiance avec le client fondée sur la discrétion

Même dans la mesure où ces caractéristiques et valeurs diffèrent de celles des entreprises qui ne relèvent pas de la définition de «profession libérale»

  • elles ne justifient pas que

pour certains actes accomplis par les titulaires de professions libérales

les consommateurs et les concurrents ne bénéficient pas de la même protection que celle de la LPMPC

En effet

le Conseil des ministres ne démontre pas en quoi l'applicabilité de la LPMPC et la compétence du président du tribunal de commerce pourraient compromettre les caractéristiques et valeurs précitées

Ainsi qu il ressort également de l'article 3

  • paragraphe 8

de la directive sur les pratiques commerciales déloyales

l'applicabilité de la LPMPC ne porte d'ailleurs nullement atteinte aux conditions d'établissement

  • aux régimes d'autorisation

aux codes de déontologie ou à d'autres dispositions spécifiques régissant les professions libérales en vue de garantir les caractéristiques et valeurs précitées

La question préjudicielle appelle une réponse affirmative

Par ces motifs

la Cour dit pour droit : Les articles 2

de la loi du 6 avril 2010 relative aux pratiques du marché et à la protection du consommateur violent les articles 10 et 11 de la Constitution en ce qu ils ont pour effet que les titulaires d'une profession libérale

ainsi que les dentistes et les kinésithérapeutes

sont exclus du champ d'application de cette loi

Ainsi prononcé en langue néerlandaise et en langue française

conformément à l'article 65 de la loi spéciale du 6 janvier 1989 sur la Cour constitutionnelle

à l'audience publique du 6 avril Le greffier

Le président

Dutilleux M

Bossuyt 7

We use coockies Savoir plus Close